La Fabrique de Berny-Rivière
SDActualités n°12 - novembre 2000

    La culture de la betterave s'est développée dans la vallée de l'Aisne vers les années 1850 avec la création d'une industrie sucrière à Berneuil sur Aisne dès 1851 et à Berny-Rivière en 1853. Lors de sa première campagne, la sucrerie de Berneuil réalisa une production d'environ 3 tonnes de sucre par jour qui nécessitait le travail de 50 tonnes de betteraves amenées par bateaux ou chariots tirés par des boeufs. Aussi, dès 1872, la sucrerie fit construire une râperie annexe à Pouy sur le plateau sud qui refoulait ses jus par une canalisation jusqu'à Berneuil. Puis en 1897, l'usine de Berneuil fut raccordée à la voie ferrée Soissons - Compiègne et la société se dota d'un réseau de chemin de fer à voie de 0,60 m qui irrigua les deux plateaux.

 Ce transport des betteraves causa également bien de soucis à la "Fabrique de Berny-Rivière". Construite en 1853 par une société parisienne qui espérait faire de grands bénéfices (c’était alors l'âge d'or du sucre), la Fabrique de Berny fut dirigée par M. Gary jusqu'en 1876 puis par M. Duchênes qui la racheta en 1884. 

La Fabrique de Berny allait chercher ses betteraves dans toute la région. D'immenses convois convergeaient vers Vic-Sur-Aisne et abîmaient considérablement les chemins au grand désespoir de la municipalité. La fabrique devait payer chaque année des subventions qui faisaient l'objet de contentieux entre la commune et les propriétaires. Le trafic du port de Vic augmenta lui aussi avant que la Fabrique ne se décide à construire ses propres quais. Mais il fallait bien faire descendre les betteraves des plateaux ! 

En 1907, M. Duchênes envisagea la création d'une ligne de chemin de fer à voie de 0,60 m entre Berny et le plateau nord. Mais la pente étant trop abrupte,

le projet fut abandonné et remplacé, en 1908, par la construction d'un transporteur aérien monté sur des pylônes de 12 m de haut entre l'usine et la ferme de Moufflaye.

Les bennes de 250 Kg de betteraves étaient fixées à un câble d'acier par de puissantes griffes et descendaient à la vitesse de 1,5 m/s? Des ponts abris protégeaient les piétons et charrois d'éventuelles chutes au passage des principales routes. Un système identique allait être mis en place pour le plateau sud à partir de la ferme de Ressons-le-Long. Mais la guerre survint.

Bombardée en 1918, la Fabrique de Berny-Rivière fut transformée provisoirement en briqueterie pour la reconstruction.